Catégorie : Années 1950

05 novembre 1957 : adoption officielle de l’hymne national du Cameroun

Il s’agissait en fait de la promulgation de la loi N°57/47 y afférente car, ce chant était utilisé officieusement depuis plusieurs années. L’hymne national du Cameroun était ainsi adopté par la première Assemblée législative du Cameroun baptisée ALCAM Cependant, même si les histoires sur l’origine… Continue Reading « 05 novembre 1957 : adoption officielle de l’hymne national du Cameroun »

29 octobre 1959 : l’ALCAM octroie les pleins pouvoirs à Ahmadou Ahidjo

Lui qui, à l’époque, n’est que Premier Ministre, chef du gouvernement, obtient de l’Assemblée Législative du Cameroun (ALCAM), les pleins pouvoirs afin de

03 octobre 1958 : le Comité de Coordination du Cameroun réclame l’indépendance immédiate du pays

Le Comité de coordination du Cameroun (COCOCAM) était en fait, le parti politique auquel était affilié André Marie Mbida après sa démission du Bloc Démocratique Camerounais (BDC) en 1954. Il en avait été le porte-parole par ailleurs. Ainsi, après un bref séjour à Paris… Continue Reading « 03 octobre 1958 : le Comité de Coordination du Cameroun réclame l’indépendance immédiate du pays »

29 septembre 1959 : l’état d’alerte est proclamé en pays Bamiléké

Selon diverses sources, cette situation

13 septembre 1958 : Ruben Um Nyobè tombe sous les balles de l’armée coloniale française

Lui était jusque là secrétaire de général de l´Union des populations de Cameroun (UPC), Ruben Um Nyobé est assassiné dans le maquis du pays Bassa. En effet, comme l’affirme Jean Eric Sende : 

13 juillet 1955 : l’UPC est dissoute et interdite par un décret de l’administration coloniale française

En effet, un décret du gouvernement français interdisant l’UPC au Cameroun fut promulgué ce jour. Cette décision intervenait après la révolte suscitée par la politique de Roland Pré qui dégénérera en émeutes dans toute la partie sud du

23 juin 1956 : adoption (par la France) de la loi Cadre Gaston Defferre

La loi N° 56-619 du 23 juin 1956, dite loi-cadre Defferre, était une loi qui autorisait la France à 

22 juin 1958 : l’ALCAM opte pour l’autonomie interne complète du Cameroun

Le Cameroun était à l’époque un territoire placé (par les Nations Unies) sous la tutelle de la France, avec Ahmadou Ahidjo comme premier Ministre. L’assemblée législative du Cameroun demandait ainsi à notre puissance tutélaire, de

13 juin 1957 : interdiction de l’UPC au Cameroun occidental (sous administration anglaise)

Les nationalistes de l’UPC devenaient ainsi des persona non grata dans la partie occidentale du Cameroun (à l’époque sous domination britannique). Comme on peut le lire sur Le blog de BAT :

07 juin 1958 : Isaac Nyobè Pandjock est tué par les autorités françaises

Le « général » Isaac Nyobè Pandjock était un ancien combattant (de la seconde guerre mondiale notamment), un militaire aguerri et un membre actif de l’UPC. Comme l’affirme l’historien Enoh Meyomesse :