Étiquette : ALNK

24 avril 1960 : massacre au quartier Congo à Douala

Il s’agit une fois de plus, de l’une des pages sombres de l’histoire de notre pays, dont l’historien Enoh Meyomesse, nous raconte la genèse dans son

20 février 1960 : L’ALNK s’oppose par des attentats au tout premier référendum constitutionnel

En cette veille de référendum sur la toute première constitution du Cameroun, les rebelles de l’Armée de Libération Nationale du Kamerun, mèneront une série d’actions violentes et criminelles en pays Bamiléké, comme le relate l’historien

20 janvier 1960 : Momo Paul, Singap Martin et Singan Tatan promettent la mort à « tous les Blancs du Kamerun »

Le mercredi 20 janvier 1960 ne fut pas une journée ordinaire pour les partisans de l’Armée de Libération Nationale du Kamerun (ALNK) de l’UPC. En effet ce jour, des tracts sont distribués par Momo Paul, chef du district n°3 de l’ALNK qui couvre la… Continue Reading « 20 janvier 1960 : Momo Paul, Singap Martin et Singan Tatan promettent la mort à « tous les Blancs du Kamerun » »

16 janvier 1960 : attaque de la mission catholique de Banka-Bafang par l’Armée de Libération Nationale Kamerunaise

Peu de camerounais le savent mais, la journée du samedi 16 janvier 1960 fait partie des nombreuses pages noires de l’histoire de notre pays, en particulier pour l’église catholique. En effet, la mission catholique de la localité de Banka-Bafang, en pays bamiléké, sera le… Continue Reading « 16 janvier 1960 : attaque de la mission catholique de Banka-Bafang par l’Armée de Libération Nationale Kamerunaise »

14 janvier 1960 : carnage à Douala

S’il est un point sur lequel tous les camerounais s’accordent, c’est que la ville de Douala a toujours été rebelle. Une rébellion qui ne date pas du début des années 1990 avec l’opération « villes mortes » mais, depuis bien longtemps. Fief de nombreux partis d’opposition,… Continue Reading « 14 janvier 1960 : carnage à Douala »

10 janvier 1960 : attaque de la chefferie Bazou dans l’ouest Cameroun

Le récit de cette attaque est relaté par l’historien Enoh Meyomesse dans son ouvrage 1960 : Faits marquants de l’histoire au Cameroun. Les premiers pas de l’indépendance. Il y affirme ainsi que :